Tout débute un matin d’août, travaillant dans le monde merveilleux d’internet et beaucoup sur Facebook j’ai plusieurs faux comptes histoire de tester ci ou ça. Jusque là mes comptes étaient plutôt du style « Jean Bon » ou « Léonard Génie »… jusqu’au jour où une idée tordue m’est venue : ils disent que je peux être n’importe qui, alors je suis devenu une femme.

« N’y voyez pas le fantasme de l’auteur mais plutôt le délire de l’artiste. »

Les étapes de la création de mon fake profil :

Etape 1 : création du compte

Plusieurs sous-étapes et tout d’abord : le choix du nom. C’est pas si facile de trouver un nom qui fait vrai… Caroline Meunier? trop commun. Monique Bouchardier? pas assez sexy. Tanya Lange? actrice de porn … bref pas si évident. Je ne dévoilerai malheureusement pas mon nom ici pour ne pas griller mon profil.

Puis vient le choix de la photo. Dans un premier temps je ne pensais pas alimenter le profil donc j’ai du taper une requête toute bête comme « cute girl » / « my profile pic »« girl next door » dans Google et mis une image au hasard. Exemple ci-dessous avec la requête « brunette » sur le moteur de recherche, je file en page 12 et pouf !

Pour que le compte soit le moins fake possible il faut également remplir quelques infos personnelles : ville d’origine, ville actuelle, lieu de travail à minima. J’ai choisi une société énorme où personne n’ira vérifier et assez inintéressant pour que personne ne pose de questions : Orange. J’habite Paris et je viens d’une moyenne ville de province. La banalité même.

Etape 2 : la personnalité

J’avouerai que quand j’ai liké les premières pages, je n’ai pas vraiment essayé de forger une personnalité à la demoiselle (appelons là Julie pour simplifier) mais plutôt essayer de rendre le profil crédible. J’aime donc Daft Punk / Kanye West / Rihanna / Lady Gaga / 9gag / Omar&Fred / Bref / un truc chelou arti et ça fait la rue Michel.

Je me suis fixé comme règle de ne pas liker mes pages persos, ou de l’agence. Allez savoir pourquoi.

Etape 3 : le réseau SOCIAL

social. Ca implique d’avoir des amis et ça semble compliqué quand on existe pas. Figurez-vous que pas tant que ça malheureusement…

Je suis une femme, plutôt belle gosse, mes premiers statuts puent la naïveté (je finis toutes mes statuts/commentaires par « lol » juste pour l’exercice de style). Je vais sur des pages Facebook ciblées sport (l’equipe, PSG sont mes 2 préférées) et des pages auto/moto.

A vue de nez mes stats sont :

  • 3 friend requests acceptées sur 5
  • 1 poke = 1 poke back + 1 friend request

impressionnant… flippant.

1ère conclusion : les gens ajoutent n’importe qui sur Facebook.

Attention toutefois de ne pas abuser des friend requests au risque d’avoir le message suivant :

J’ai aujourd’hui une cinquantaine d’amis dont 15 filles et 2 faux comptes en ami (qui ne m’appartiennent pas mais qui se grillent facilement). Le reste sont des mâles… et c’est là que ça se complique.

Etape 4 : les interactions

Histoire de rendre mon profil crédible, j’ai d’abord ajouté quelques photos de Julie. MAIS ELLE N’EXISTE PAS ! ha oui c’est vrai… easy.

photo surexposée, contrejour, avec les cheveux devant, de dos, juste les jambes, un chapeau, des grosses lunettes… le choix ne manque pas.

Tous les 2 ou 3 premiers jours un statut sans forcer : « vivement les prochaines vacances lol » ou un share de statut 9gag ou une photo de chat mignon vue 60 fois cette semaine… Mon profil est terminé. Je pouvais maintenant le laisser dormir jusqu’à ce qu’il me serve.. ou pas.

La prise de conscience

Alors que je faisais mes 2 statuts débiles, je ne pouvais m’empêcher d’envoyer 4 ou 5 requêtes d’amis vite fait tahu… et en moyenne 4 messages attendaient dans la boite de réception. Extrait :

Au début j’ai répondu invariablement :

« j’ai dû me tromper, je connais pas bien facebook lol »

mais les gens insistaient :

ou pire :

WOWOWO !!! ça va un peu vite vous trouvez pas ? voici une reconstitution de la scène lorsque je lisais les messages :

Je ne réponds plus à personne. JAMAIS.

Mes conclusions de la partie 1 :

  • Il est facile de se créer une identité en 3 clics. C’est flippant. Julie existe.. du moins pour ces gens. Ce qui m’amène au second point :
  • C’est pas bien de « jouer » avec les gens. Je me sens presque mal de recevoir une invitation.. et pas uniquement parce que c’est pour voir le PSG jouer. #troll
  • oui mais c’est drôle. Pas besoin de justifier ce point.
J’avoue que cette expérience me laisse dubitatif… j’hésite à pousser le truc à fond pour voir à quel point on peut faire « exister » une personne qui n’est pas en fixant des challenges, des objectifs :
  • 2 000 amis,
  • se faire inviter dans des events
  • recevoir des friend requests naturellement
mais dans le fond j’ai peur de ce qui peut arriver. Par exemple, je porte des jupes depuis 3 jours et je kiffe.

 

 

 

Categories: Facebook 0 like

One Response so far.

  1. Sentulebonson dit :

    Aha pas mal, bonne expérience! Je demande à voir jusqu’où ça peut aller tout ça.

Leave a Reply